02
01
03
05
04
06
07
08
09

Localisation:
Issy-les-Moulineaux [92]
Maîtrise d’ouvrage :
Département des Hauts-de-Seine
SHON :
6 408 m²
BET :
EGIS, ELIOTH
Chefs de projet :
Sébastien Chevance
Coût :
14,7 ME HT
Phase :
Concours 2015
Programme :
Collège 700, espaces sportifs de plein air et logements de fonction

Le Collège de la Paix à Issy-les-Moulineaux est conçu comme un lieu d’apprentissage, véritable morceau de territoire extrudé offrant un paysage en hauteur, se raccordant parfaitement à son site.
Le parvis est disposé à l’angle de la rue du Fort et de la venelle le long des fortifications permettant de dégager la perspective sur cet élément urbain d’importance qui donne une identité forte à l’établissement. La cour de récréation est positionnée à l’emplacement historique de la cour de l’école primaire qui occupait anciennement le site. Cela permet de sauvegarder la moitié des arbres existants en bon état phyto sanitaire. La cour de récréation est installée dans une diagonale qui lie programmatiquement le parvis, le hall d’accueil, la restauration, le préau et la cour de récréation. Cette colonne vertébrale constitue un axe fonctionnel et structurant sur lequel se connectent également les circulations verticales menant aux espaces d’enseignements organisés sur deux étages dans une grande compacité du plan. La transparence de la façade du hall est à la fois, une véritable ouverture sur l’extérieur et une continuité visuelle dans l’enchaînement de ces espaces séquencés. En hommage à l’enceinte du Fort, le bâtiment adopte un plan en « anneau » mettant l’accent sur la très grande fluidité des circulations intérieures. Littéralement enroulées autour d’un patio central, les circulations bénéficient d’un éclairage naturel. La toiture, lieu extérieur supplémentaire offert aux collégiens et aux enseignants, se plisse dans un quasi raccordement à la hauteur du chemin de ronde du Fort et, tel un paysage vallonné, elle est entièrement accessible depuis le patio par un jeu de rampes et d’escaliers. Ce bâtiment paysage absorbe les déformations topographiques à la manière d’un paysage naturel alternant végétal et minéral. En accord avec les teintes crème irrégulières de la pierre calcaire, un béton teinté dans la masse ou lasuré assure l’intégration de l’équipement dans le site.